Mai 2012

Éditorial de l’évêque     mai 2012

                

Une Église qui cherche à humaniser…

Le numéro de mai de l’Église de Gaspé présente de nombreuses initiatives de notre milieu qui concernent les disciples de Jésus dans leur volonté de rendre plus humaines les communautés où ils vivent. Ce désir de rendre notre monde meilleur nous vient de Jésus lui-même qui accueillait les malades, les infirmes, les personnes inquiètes, etc. Ce qui nous vaut la parole de saint Pierre dans les Actes des Apôtres : « Il a passé en faisant le bien. » (Ac 10, 38)

Cette volonté de rendre la vie meilleure s’affirme dans de multiples engagements de charité et d’entraide, mais aussi dans des considérations de justice envers tous et plus particulièrement envers les plus petits. L’ensemble de cette réflexion en Église a pris le nom de Doctrine sociale de l’Église. Nous trouvons là un ensemble de principes qui peuvent orienter la vie des chrétiens dans la vie en société comme le respect premier accordé aux personnes, la recherche du bien commun, de la solidarité, de l’entraide, et même d’avoir une « une option privilégiée pour les plus pauvres ».

C’est ainsi que le 1er mai de chaque année, à l’occasion de la Fête des travailleurs et des travailleuses, l’Assemblée des Évêques du Québec publie, depuis plus de quarante ans, un message qui vise à faire réfléchir sur la situation des personnes au travail. Cette année, le message manifeste une inquiétude concernant la condition des personnes qui, tout en ayant un emploi, vivent des situations de travail difficiles, mal rémunérées, précaires ou inutilement inconfortables. Comme chrétiens et chrétiennes, nous devons être préoccupés que tous trouvent dans la société une place où ils puissent s’épanouir : cela fait partie de la recherche légitime du bonheur.

Dans un autre domaine, à l’occasion du Carême, les chrétiens d’ici ont été appelés, comme chaque année depuis cinquante ans, à appuyer les engagements d’éducation et d’aide aux pays moins développés de l’organisme Développement et Paix. Mais du même coup, le récent budget fédéral vient de nous apprendre que l’appui gouvernemental aux organismes de ce genre était coupé de plus de trois cent millions de dollars, pendant qu’on en réservait vingt-cinq milliards pour acheter des avions de guerre ! Que faut-il penser d’un pays qui équilibre son budget en coupant les vivres aux plus pauvres et en investissant dans les instruments de guerre?

La sortie récente du Rapport de la Commission Mourir dans la dignité n’est pas sans nous questionner profondément sur le respect que nous donnons à la vie humaine. Accepter positivement le principe de l’euthanasie active, (c’est-à-dire sur les gestes qui causent directement et volontairement la mort et non seulement par accident, en voulant soulager la souffrance) c’est se donner un droit que les chrétiens n’accordent qu’à Dieu.

Par contre, comment ne pas se réjouir de la déclaration annuelle pour la Semaine québécoise des familles, comme aussi du geste du 22 avril dernier pour appuyer le Jour de la Terre ! Voilà autant d’initiatives qui permettent d’être Bonne Nouvelle pour notre monde d’aujourd’hui.

† Jean Gagnon

Évêque de Gaspé