Date:mars 29, 2018

LE PRÉSIDENT DE LA CECC COMMUNIQUE DES NOUVELLES IMPORTANTES AUX PEUPLES AUTOCHTONES DANS UNE LETTRE AU NOM DES ÉVÊQUES

NOUVELLES IMPORTANTES AUX PEUPLES AUTOCHTONES


LETTRE DU PRÉSIDENT DE LA CECC
AUX PEUPLES AUTOCHTONES DU CANADA

Chers frères et sœurs autochtones,

En tant qu’évêques catholiques du Canada, la relation que nous avons avec les peuples
autochtones est une priorité pastorale importante. Au cours des dernières années, nous avons vu
plusieurs exemples de guérison et de réconciliation et nous sommes résolus à nous appuyer sur ces
efforts, à collaborer étroitement avec vous, et à apprendre à cheminer ensemble. Nous souhaitons
aussi réfléchir aux relations que nous avons avec vous, dont certaines remontent à plusieurs siècles,
et à notre responsabilité de promouvoir des engagements constructifs durables. Nous aspirons à un
avenir où les injustices systémiques seront corrigées, où nous apprendrons tous de nouvelles façons
de vivre ensemble qui sauront honorer et respecter les Premiers Peuples de notre pays.

Dans l’accomplissement de sa mission comme Pasteur universel, le pape François a parlé
souvent et passionnément du sort des peuples autochtones du monde entier et de la sagesse dont ils
témoignent, sans s’empêcher de reconnaître les injustices qui n’étaient pas conformes à l’Évangile et
exprimer des regrets pour des torts passés. Il a souligné que les peuples autochtones sont des
interlocuteurs importants que l’Église se doit d’écouter.

Les évêques catholiques du Canada ont eu des conversations avec le Pape et le Saint-Siège au
sujet des séquelles de la souffrance que vous avez vécue. Le Saint-Père est au fait des conclusions
tirées par la Commission de Vérité et Réconciliation, et il les prend au sérieux. En ce qui concerne
l’appel à l’action 58, après avoir examiné attentivement la demande et l’avoir discutée abondamment
avec les évêques du Canada, il était d’avis qu’il ne peut pas y répondre personnellement. En même
temps, conscient de votre douleur, il a encouragé les évêques à continuer de s’engager dans un travail
intensif de pastorale visant la réconciliation, la guérison et la solidarité avec les peuples autochtones,
et de collaborer dans des projets concrets en vue d’améliorer la condition des Premiers Peuples.
Quant à leur culture et leurs valeurs, le Pape encourage les jeunes à tirer toute la richesse des
traditions, des expériences et de la sagesse que les aînés ont à offrir, et invite les aînés à partager ce
patrimoine avec les jeunes, de manière que ces derniers puissent le transmettre devant les défis de la
vie.

Dans ce contexte, une visite papale pourrait être envisagée dans le futur, qui tiendrait compte
de toutes les circonstances, y compris une rencontre avec les peuples autochtones comme l’une de
ces principales priorités.

De notre côté, par l’entremise de la participation d’évêques et de fidèles catholiques à la
démarche de la CVR et de par nos relations continues avec les peuples autochtones, nous avons
entendu votre invitation à faire face au passé avec franchise et courage, à reconnaître les erreurs de
membres de l’Église catholique, et à prendre des mesures tangibles de solidarité avec les peuples
autochtones en vue d’un avenir meilleur. Dans cette optique et avec le vif encouragement du pape
François, nous affirmons notre engagement.

– 2 –

Inspirés par nos échanges avec le Saint-Père, nous nous engageons avec vous vers la
réconciliation au niveau local à travers d’initiatives pastorales concrètes. Ces dernières doivent
s’appuyer sur des rencontres authentiques, comme celles qui sont déjà en cours partout au pays. Par
le biais de ces conversations, nous souhaitons comprendre davantage ce que signifie cheminer en
solidarité avec les peuples autochtones dans les différentes régions du pays, conscients que notre
histoire commune, de même que vos aspirations et vos besoins, sont très différents d’un endroit à
l’autre. Toutes ces actions et ces conversations en cours – et toutes les autres qu’il faudra
entreprendre – sont essentielles à la réconciliation et à la perspective d’un avenir riche d’espérance.
Prochainement, nous les évêques, nous désirons partager avec vous ce que nous avons appris lors de
ces rencontres et prendre avec vous de nouvelles mesures vers la réconciliation.

Au moment où l’Église s’apprête à entrer dans le mystère pascal à Pâques, avec tous les
évêques du Canada, je tiens à renouveler notre promesse de vous accompagner dans la prière et de
travailler avec vous dans la poursuite de relations respectueuses et de l’édification d’une société
juste.

Sincèrement dans le Christ le Bon Pasteur,
+Lionel Gendron, P.S.S.
Évêque de Saint-Jean-Longueuil et
Président de la Conférence des évêques
catholiques du Canada

Le 27 mars 2018