Septembre 2012

Éditorial de l’évêque   septembre 2012

 

                   

Retrouver le goût de nous nourrir de la Parole de Dieu

Le printemps dernier, le Pape Benoît XVI a annoncé solennellement la tenue d’une Année de la foi qui débutera le 11 octobre prochain pour souligner le 50e anniversaire de l’ouverture du Concile Vatican II et le 20e anniversaire du lancement du Catéchisme de l’Église catholique. Cet événement prendra fin le 24 novembre 2013, à la fête du Christ-Roi.

Par cette Année de la foi, le Saint Père désire donner une nouvelle impulsion à la mission de l’Église. «Il arrive désormais fréquemment, écrit-il, que les chrétiens se préoccupent davantage des conséquences sociales, culturelles et politiques de leur engagement, continuant à penser la foi comme un présupposé évident du vivre en commun.» En d’autres mots, ne nous arrive-t-il pas souvent de rencontrer plus d’enthousiasme pour les gestes qui entourent les rites religieux comme les baptêmes, mariages, funérailles que pour la vie de foi elle-même? Ou encore d’être davantage prêt à investir pour la préservation du patrimoine que pour l’avancement de la vie pastorale ? Pourtant, il ne peut pas y avoir de foi profonde sans un contact personnel et régulier avec le Christ vivant présent au cœur de nos vies et de nos communautés.

Trop de fidèles chrétiens aujourd’hui ressemblent à ces disciples, qui le soir de Pâques, s’en retournaient vers Emmaüs, avec l’idée qu’ils venaient de perdre leur espérance et surtout bien des illusions! Pour beaucoup de gens d’aujourd’hui, la vie se passe un peu comme une marche sans but dans un désert. On se réjouit occasionnellement de rencontrer un oasis, mais on ne sait pas trop où la vie nous conduit. On vit à court terme, puisqu’on n’est sûr de rien, surtout pas de l’avenir. Pourtant, saint Pierre ne nous dit-il pas que ce qui nous a délivrés de la vie sans but que nous menions, ce n’est ni l’or ni l’argent, mais le sang précieux du Christ! (voir : 1 Pi 1,18)

Être chrétien c’est être disciple du Christ. C’est se nourrir de son enseignement puisé dans la Parole de Dieu, se réjouir de sa présence proche au cœur de nos vies, célébrer et prier régulièrement, seul comme en communauté, le rencontrer dans toute personne, à commencer par nos plus proches et aussi tous ceux et celles qui sont dans le besoin.

C’est pourquoi la nouvelle année pastorale qui commence se vivra sous l’angle de la foi portée par la Parole de Dieu. Tout en gardant comme fil conducteur de faire de nos communautés des lieux d’évangélisation, nous nous attacherons à développer notre attachement à la Parole de Dieu tant pour nourrir nos propres vies que pour apprendre à l’offrir comme une Parole qui éclaire, rassemble et engage.

En ce début d’année pastorale, je souhaite à chacun et chacune d’approfondir le goût de se nourrir de la Parole de Dieu. Aux catéchètes, aux membres des équipes de pastorale, aux multiples bénévoles, aux pasteurs comme aux administrateurs paroissiaux : que cette Parole éclaire vos engagements et vous garde dans l’espérance.

 

 Jean Gagnon

Évêque de Gaspé