Paroisse de Carleton

Présentation

L’église Saint-Joseph est un lieu de culte de tradition catholique construit de 1850 à 1854 et modifié en 1917. C’est la plus ancienne église catholique gaspésienne toujours existante. L’édifice en brique polychrome présente un plan composé d’une nef rectangulaire à trois vaisseaux et d’un choeur en saillie plus étroit terminé par un chevet plat. La façade présente une tour centrale hors-oeuvre surmontée d’un clocher et percée de trois portails. Une sacristie de plan rectangulaire d’un étage, coiffée d’un toit à deux versants droits, est greffée au chevet dans le prolongement du choeur et se termine par une chapelle à pans coupés. Le lieu de culte est implanté en retrait de la voie publique, au coeur de l’ensemble institutionnel de Carleton-sur-Mer.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s’applique à l’enveloppe extérieure du bâtiment.

L’établissement d’une population permanente à Carleton-sur-Mer remonte à 1767. Celle-ci est constituée de nombreuses familles acadiennes venant principalement de Bonaventure. Le village est alors connu sous le nom de Tracadièche (renommé Carleton en 1787). L’économie de la région est principalement axée sur l’agriculture et la pêche. Dans le siècle suivant, l’arrivée de marchands tels que John Meagher (1805-1876) fait émerger de nouveaux métiers liés à la navigation.

L’église de Saint-Joseph présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Le lieu de culte témoigne du développement de la municipalité de Carleton-sur-Mer. L’établissement d’une population permanente remonte à 1767. Les lieux sont alors connus sous le nom de Tracadièche. Une première chapelle est érigée en 1772 pour desservir cette communauté naissante. Un deuxième lieu de culte, cette fois une véritable église, la remplace en 1795. Vers 1847, le délabrement de l’église et la population plus importante nécessitent un lieu de culte plus spacieux. C’est dans ce contexte que l’église actuelle est érigée, en 1854, à l’emplacement de l’ancienne. Les plans sont réalisés par l’architecte Pierre Côte, natif de la région de Portneuf. Il s’installera à Carleton. Un ensemble institutionnel prend forme autour de l’édifice et la paroisse est érigée canoniquement le 31 mars 1860, sous le nom de Saint-Joseph de Carleton. L’église constitue ainsi un témoin privilégié de l’histoire de Carleton-sur-Mer et de son développement dans la deuxième moitié du XIXe siècle.

L’église de Saint-Joseph présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Construite de 1850 à 1854, l’église est fortement modifiée en 1917, notamment par le remplacement du parement en bardeaux de bois par de la brique et le prolongement de la façade par l’ajout d’une tour centrale hors-oeuvre surmontée d’un clocher. Ces travaux témoignent de l’influence du courant éclectique dans l’architecture religieuse québécoise. L’éclectisme est un assemblage d’éléments architecturaux et ornementaux puisés dans les divers styles historiques et associés plus librement, dans une recherche de monumentalité et d’effets visuels nouveaux. L’Église catholique québécoise recourt souvent à l’éclectisme pour la construction de ses lieux de culte, au début du XXe siècle. La mise au goût du jour de l’église de Saint-Joseph en 1917 en est représentative par l’emploi d’éléments architecturaux variés tels que la brique polychrome, les grandes ouvertures cintrées à petits carreaux, les acrotères, les frontons, les bandeaux et les chaînes d’angle. La symétrie de la composition et l’ornementation concentrée essentiellement sur la tour-clocher demi-hors-oeuvre traduit également la recherche de monumentalité propre à l’architecture éclectique. Par ailleurs, l’église se distingue de la majorité des lieux de culte gaspésiens, par son revêtement en brique.

Église St-Joseph de Carleton

Curé Patrick Gnivo

Prêtres à la retraite :

Abbé Delvida LeBlanc, Abbé Évariste Landry

Abbé Patrick Gnivo, crédit photo Patrick Gnivo

Équipe sacerdotale

Curé : Abbé Patrick Gnivo

Prêtres retraités : Abbé Delvida Leblanc, Abbé Évariste Landry

Contactez-nous

Paroisse Saint-Joseph de Carleton

Adresse postale : 767, boulevard Perron, Carleton-sur-Mer (Québec) G0C 1J0

Téléphone : 418-364-3972

Télécopieur : 418-364-3082

Secrétaire : Rachel Lavergne

Adresse courriel : mathurinbourg@msn.com

Facebook : Fabrique de Carleton

Site internet : www.eglisesaintjosephcarleton.com

Horaires des célébrations

Mercredi à 16 h 00

Dimanche à 9 h 00

Heures de bureau

Mardi : 13 h30 à 16 h 30

Jeudi : 13 h30 à 16 h 30

Vendredi : 13 h30 à 16 h 30

Projet et plan d’action pastorale

À venir

Services et responsables

Baptême : Élizabeth d’Amboise (préparation aux baptêmes, rencontre avec les parents)

Visite aux malades : Élizabeth d’Amboise

Chant liturgique : Micheline LeBlanc

Chorale Le Choeur d’or : Céline St-Laurent

Chorale Le Choeur l’Amitié : Madeleine Laflamme

Sacristie : Gaston Leblanc

Comptoir d’entraide aux trouvailles : Francine Normandeau, Constance Imbeault et Lucille Ferlatte

Feuillet paroissial

Rachel Lavergne, secrétaire de la fabrique

Équipe pastorale

Aucune

Équipe de liturgie

Jean-Marc Tremblay, Denyse Boudreau, Élizabeth d’Amboise, Marthe C. Normandeau et Josette Boudreau

Équipe des funérailles

Curé de la paroisse : Abbé Patrick Gnivo

Célébrant mandaté laïque et accompagnateur des familles : Louis Bujold

Sacristine : Marthe C. Normandeau

Responsable de l’animation liturgique : Reinelde Landry

Responsable de la Chorale Les Choeurs d’or : Céline St-Laurent

Organiste : Pauline Gallagher

Responsable de la collecte : Louis Cyr

Servants-es et/ou lecteurs-trices et/ou ministre de la communion : Monic Gagné, Isabelle Quinn, Marthe C. Normandeau, Marcel Landry, Patricia Landry, Evelyne Roy, Jocelyne Leblanc, Louis Bujold, Reinelde Landry, Élizabeth d’Amboise, Rachel Leclerc, Paulette Landry, Margot Leblanc, Josette Boudreau, Fernand N. Boudreau, Rolande Landry et autres.

Assemblée de fabrique

Présidente : Reinelde Landry

Vice-présidente : Constance Imbeault

Secrétaire d’assemblée : Francine Normandeau

Marguilliers : Fernand Dion et Louis-Raymond Bujold

Marguillières : Nadine Lamarre et Patricia Landry

Faire un don